Travail collectif en classe

Le travail collaboratif ou travail d’équipe ou travail de groupe permet aux apprenants de travailler ensemble, de créer ensemble, d’apprendre ensemble. Il est bien connu que le travail d’équipe permet le foisonnement des idées, mais qu’en est-il dans une salle de classe, et plus précisément dans un cours de français ?

Le travail collaboratif permet de mettre en place un certain nombre de compétences autres que les compétences langagières. Ces compétences ainsi utilisées seront utiles à l’élève tout au long de sa vie et notamment dans sa vie professionnelle.

Travailler en équipe suppose d’écouter les autres, de partager ses informations et ses points de vue, de les discuter, de les négocier, bref de communiquer au sens le plus large de ce terme ainsi que de mutualiser les idées, les informations et les connaissances dont chacun dispose.

De plus travailler en groupe favorise la responsabilisation, responsabilisation conséquente du travail en autonomie qui a été fourni tout au long de l’activité. Chacun est responsable de la bonne entente dans l’équipe mais entre également en jeu une responsabilité collective dans la mesure où le groupe au complet doit répondre du résultat final.

L’intérêt de ce travail d’équipe est qu’il peut être mis en place à n’importe quel niveau, quelle que soit l’activité et quelle que soit la configuration de la classe. Tous les niveaux y trouveront du plaisir à travailler ensemble et cela profitera également aux acquis de chacun, en français mais aussi dans le comportement social.

La configuration de la classe ne pose pas d’énormes problèmes, dans la mesure où le nombre idéal de participants se situe entre 2 et 4. Il suffit donc de se tourner vers son voisin de droite ou de gauche ou ceux de devant ou de derrière. Un nombre plus important de participants est à déconseiller car alors la communication n’aura plus lieu de manière équitable et profitable.

Toutes les activités de cours peuvent être exploitées en équipes, de l’exercice de grammaire ou de lexique aux parcours Internet, en passant par des séquences de production écrite (journaux, expositions, contes, récits…) ou de préparation orale (dialogues, exposés…). Les consignes traditionnelles peuvent être adaptées afin de favoriser la motivation notamment chez les plus jeunes, cela peut être le groupe le plus rapide pour terminer l’exercice de grammaire, ou bien des consignes secrètes et opposées dans la préparation des dialogues.

Une autre possibilité est de créer des activités pratiques qui demanderont à chaque groupe d’accomplir une tâche particulière, tâches qui seront à la fin de la séance réunies pour former un tout. Soit le l’objectif final attendu aura été dévoilé au début de la séance ou bien au contraire, ne sera dévoilé qu’à la fin de manière à susciter la surprise des élèves.

A l’enseignant d’utiliser son imagination pour motiver celle des ses élèves.

L’enseignant pourra ainsi passer de groupe en groupe, d’élève en élève pour écouter, aider, soutenir, apporter des explications personnalisées en fonction des difficultés de chacun.

Cette forme d’enseignement, centrée sur l’apprenant, permet ainsi à chaque élève de progresser au sein du groupe et à l’enseignant de gérer l’hétérogénéité de sa classe en encourageant chaque élève.

Les progrès de chacun sont plus importants que lors d’un enseignement classique, la communication dans la classe est favorisée, et l’enseignant en retire une plus grande satisfaction personnelle, voir ses élèves motivés et heureux en cours de français étant une véritable récompense !

Publié dans l’Apfascope n°42, journal de l’association des professeurs de français en Autriche

CC BY-NC-SA 4.0 Travail collectif en classe par Numérique et FLE est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter the text from the image below